Partenaires

Logo CNRS Logo UPMC


 
 
 

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

 
 
 



Accueil du site > Productions scientifiques > Thèses et Habilitations > Soutenance de thèse - 09.11.2011 14:00

Soutenance de thèse - 09.11.2011 14:00

par Guillaume Mériguet - 26 octobre 2011

Ramia Al Bakain soutiendra sa thèse intitulée :

Chromatographie en phase liquide intégralement bidimensionnelle : applications aux problématiques environnementales et aux échantillons naturels

le mercredi 09 novembre 2011 à 14 h à l’amphithéâtre Langevin de l’ESPCI (10 rue Vauquelin, Paris Ve).

Résumé

La demande sociétale pour caractériser des échantillons complexes dont le nombre de constituants dépasse plusieurs centaines est de plus en plus forte, aussi bien dans le domaine environnemental que dans celui de la sante publique. Des outils analytiques toujours plus performants sont nécessaires pour répondre à ces problématiques. Ce travail de thèse a été mené dans le Laboratoire des Sciences Analytiques, Bioanalytiques et Miniaturisation (LSABM) de l’ESPCI, qui s’est forgé une solide expérience dans le cadre de la recherche ciblée de composés organiques à l’état de trace dans diverses matrices environnementales en développant plusieurs approches pour le traitement de l’échantillon. De manière complémentaire au traitement sélectif de l’échantillon, lorsqu’une caractérisation globale de l’échantillon est recherchée, les techniques séparatives multidimensionnelles apparaissent comme la solution pour améliorer drastiquement le pouvoir séparatif. Le but de cette thèse est de mettre en œuvre et de mieux comprendre le couplage en LC×LC grâce à des études portant sur l’orthogonalité, le couplage en ligne et hors ligne avec la détection UV et la spectrométrie de masse. L’utilisation des courbes de Van Deemter et Knox comme outil d’évaluation de la performance des phases stationnaires dans la deuxième dimension a également été approfondie. L’objectif était de pouvoir mettre en œuvre et développer la chromatographie en phase liquide intégralement bidimensionnelle ou « LC×LC » pour l’analyse de mélanges complexes de composés peu volatils, ce que sont une grande partie des échantillons environnementaux ou biologiques. Pour réaliser cet objectif, le travail de thèse a compris plusieurs étapes :
- Dans un premier temps, nous avons étudié, grâce à des composés modèles issus de problématiques environnementales et biologiques, les combinaisons de mécanismes de séparation en phase inverse qui permettraient de réaliser des couplages favorables du point de vue de l’orthogonalité, Ce travail, qui nécessitait une caractérisation statistique rigoureuse, a été mené en étroite collaboration avec l’Équipe de Statistique Appliquée (ESA) de l’ESPCI.
- Puis, nous avons optimisé les meilleures conditions qui conviennent à notre système pour réaliser une séparation rapide et efficace dans la deuxième dimension.
- Ensuite, nous avons réalisé de manière effective le couplage LC×LC en ligne en adaptant des systèmes chromatographiques existant et en développant éventuellement les outils qui font défaut. L’évaluation a été menée en utilisant de solutions synthétiques contenant des composés neutres, acides et basiques. Parallèlement à une séparation en ligne, nous avons réalisé une séparation hors ligne afin de comparer la capacité des pics dans ces deux modes de LC×LC.
- Enfin, pour gérer la masse conséquente d’informations générée par les analyses, des stratégies chimiométriques et statistiques pour le traitement des résultats ont été utilisées. Des exemples d’applications couplées avec la détection UV et la spectrométrie de masse, en particulier avec un mélange synthétique, ont confirmé la pertinence de notre démarche et le potentiel de la technique LC×LC.