Partenaires

Logo CNRS Logo UPMC


 
 
 

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

 
 
 



Accueil du site > Productions scientifiques > Thèses et Habilitations > Soutenance de thèse - 14.06.2011 14:00

Soutenance de thèse - 14.06.2011 14:00

par Guillaume Mériguet - 7 juin 2011

Bruno Teste soutiendra sa thèse intitulée :

Développement d’un microsystème bioanalytique intégrant des nanoparticules magnétiques dédié au diagnostic de l’allergie

le 14 Juin à 14h à l’ESPCI en amphi Joliot (Bâtiment N, 2e étage)

Résumé

Dans le cadre du diagnostic de l’allergie, l’approche in vitro la plus utilisée consiste à quantifier les Immunoglobulines E (IgE) du patient par un immunodosage de type enzyme linked immunosorbent assay (ELISA) à l’aide d’un support conventionnel : la plaque de microtitration. Ces méthodes sont utilisées du fait de leur grande spécificité et sensibilité. Bien que cette technique soit facile à mettre en œuvre et automatisable, elle nécessite des volumes de réactifs et d’échantillons importants (de l’ordre de la centaine de µL) et est limitée par le transfert de masse des analytes vers la surface du support générant ainsi des temps d’analyse élevés. Notre travail a consisté à élaborer un microsystème bioanalytique intégrant des nanoparticules magnétiques et dédié au diagnostic de l’allergie au lait. Les nanoparticules magnétiques fonctionnalisées avec la molécule de capture, l’antigène dans notre cas, sont utilisées en tant que support de l’interaction et permettent ainsi de capturer la cible (IgE) en phase colloïdale. La réduction de la taille du support vers des échelles nanométriques permet d’augmenter le rapport surface sur volume et de réduire les distances de diffusion. Ainsi, la cinétique d’interaction entre la molécule de capture et la cible est accélérée par rapport à des supports milli ou micrométriques. Après l’étape de capture de la molécule cible, les nanoparticules et donc la cible sont séparées des molécules interférentes et préconcentrées au sein d’une chambre magnétique avant l’étape de détection. En effet, cette chambre magnétique, composée de billes de fer ferromagnétiques, permet le confinement magnétique des nanoparticules. Ainsi, le microsystème que nous avons développé a permis de diminuer les temps d’analyse d’un facteur 25 et de consommer 50 fois moins d’échantillon par rapport à un ELISA conventionnel réalisé en plaque de microtitration. Ceci est d’autant plus critique que l’on travaille dans un contexte d’allergie au lait qui concerne les jeunes enfants. L’immunodosage des IgE spécifiques au sein des sérums de patients allergiques au lait et la comparaison des résultats avec une méthode de référence a permis de valider ce microsystème bioanalytique en tant qu’outil de diagnostic de l’allergie.