Partenaires

Logo CNRS Logo UPMC


 
 
 

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

 
 
 



Accueil du site > Productions scientifiques > Prix > Prix de thèse de la division Chimie-Physique de la Societe Chimique

Prix de thèse de la division Chimie-Physique de la Societe Chimique

Le prix de thèse de la division Chimie-Physique de la Société Chimique de France a été attribué à Ali Abou Hassan (ancien doctorant au Laboratoire PECSA et actuellement Maitre de Conférences dans l’équipe Colloïdes Inorganiques) et à Frédéric Biscay. Les lauréats recevront leurs prix à Autrans lors de la 11e journée francophone des jeunes physico chimistes, à l’issue de leurs conférences.

Les questions principales posées au cours de travail de thèse de Ali Abou Hassan concernent, d’une part, l’apport de la microfluidique et des synthèses en microréacteurs pour le contrôle des caractéristiques de nanoparticules colloïdales à base d’oxydes de fer, d’autre part, la possibilité d’utiliser un dispositif microfluidique pour explorer la cinétique des processus de nucléation/croissance impliqués dans la synthèse de nanoparticules d’oxydes par condensation de précurseurs aqueux. En premier temps, un microréacteur coaxial est fabriqué et des simulations numériques confrontées à des études expérimentales par microscopie confocale sont utilisées pour cartographier le pH -paramètre de grande importance pour des réactions de coprécipitation en milieu alcalin dans ce microréacteur. Ensuite nous avons pu établir expérimentalement, en utilisant ce microréacteur et les simulations, la possibilité de produire d’une manière continue des nanoparticules magnétiques, et notamment la possibilité d’effectuer les réactions d’enrobage de ces nanoparticules dans une série couplée de microréacteurs et en quelques secondes par rapport aux synthèses classiques en solution. Concernant la nucléation et la croissance, nous avons pu observé expérimentalement la séparation de ces deux étapes grâce à la microfluidique dans le cas d’un hydroxyde d’oxyde de fer qui est la goethite, et pour comprendre d’une manière plus fondamentale ces deux étapes dans le cas général des oxydes de fer, un dispositif microfluidique a été conçu et couplé à la diffusion de Rayons X aux petits angles (SAXS) sur la ligne SWING du synchrotron SOLEIL.